Air à P8

Offre de formation 2015 ou 2016 ?

mardi 21 janvier 2014, par airap8

PDF - 25.5 ko
2015 plutot que 2016

Le choix de caler la nouvelle offre de formation de P8 sur 2015 plutôt que sur 2016 s’appuie sur de nombreux arguments. Partons de quelques réalités :
-  Nous travaillons sur les maquettes depuis plus de deux ans maintenant, avec des injonctions ministérielles régulièrement modifiées toute cette dernière année
-  L’obligation de coordination territoriale entre les membres associés (quelle que soit la forme de cette association, pour nous la communauté d’universités Paris Lumières) conduit à devoir afficher la cohérence (autour de la complémentarité, de la spécificité, des partenariats et collaborations) au niveau du site considéré. Il faut savoir que Paris Ouest installe sa nouvelle Offre en 2014-2015. Et que le contrat de site intégrant le volet établissement dont celui de P8 se négocie au premier semestre 2014.
-  La réforme des nomenclatures a fini par admettre la reconnaissance des « parcours types de formation » qui pourront figurer sur les visas des diplômes, ce qui va nous permettre assez facilement d’être dans les clous sans avoir à modifier substantiellement nos projets de maquette de masters (il faut intégrer la façon dont nos propositions s’inscrivent dans le paysage du site)
-  La réforme des Licences est plus substantielle mais une lecture attentive des textes et leur interprétation de la pluridisciplinarité (avec une hiérarchie de fait Domaine, Mention) s’inscrit dans les faits dans la lignée de la réforme de 1984 ( ! et oui) de droit à la réorientation que nous pouvons intégrer en sachant qu’il s’agit d’un processus qu’il faudra accompagner sur plusieurs années jusqu’au prochain contrat. A partir de ces éléments, le choix de 2015 présente de nombreux avantages :
-  D’abord de nous inscrire dans notre propre calendrier plutôt que rester trop dépendant des fluctuations encore à venir du ministère ;
-  De le faire en cohérence avec la négociation de notre contrat de site ;
-  D’installer au plus vite dans le paysage l’offre de formation au plus près de ce que nous avons préparé (ceux qui craignent le plus les mutualisations ont encore plus intérêt que les autres à ce que leur offre soit actée et mise en œuvre) ;
-  De le faire sans trop être décalé dans le temps avec Paris Ouest – qui risquerait alors de donner le La ;
-  De même que pour le restant de toute l’Ile de France (quel intérêt de prendre le risque d’être la « voiture-balai » de la région ?) ;
-  Et, last but not least, de pouvoir capitaliser au mieux le travail déjà fait pour ne pas avoir à trop le modifier sous injonctions nouvelles et passer – enfin - à la préparation de la mise en œuvre
-  Reste la question des licences : nous n’avons aucun intérêt à être décalé par rapport aux masters. Nous savons que c’est sur elles qu’un effort important doit être accompli mais intégrons l’idée que si leur refonte doit être envisagée (sans remettre en cause leurs ancrages disciplinaires à l’issue du L3), nous entrons dans une phase d’expérimentation qui ne pourra sans doute atteindre sa maturité qu’à l’horizon 2019. Attendre 2016 ce serait nous exposer à devoir reprendre encore à de moultes reprises le travail sur le métier depuis déjà plusieurs années. Et à nous mettre en situation de plus forte dépendance à l’égard de ce qui se sera déjà installé dans les autres universités d’Ile de France sans n’avoir plus guère d’autonomie de décision.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0