Air à P8

Motion du CA sur les violences à son endroit du 11 mai

samedi 12 mai 2012, par airap8

Motion du conseil d’administration du 11 mai 2012

Le conseil d’administration réuni le 11 mai 2012 à 15h00 pour débattre, entre autres points, sur le PRES et se prononcer sur ses statuts, a été envahi dès son ouverture par une soixantaine de manifestants qui avaient au préalable tenté d’empêcher les élus d’entrer dans la salle de réunion.

Le président a proposé, dès l’ouverture de la séance, de recevoir une délégation d’une dizaine des occupants pour participer aux débats du conseil d’administration. Cette proposition a été rejetée et, au moment où le président a décidé de suspendre la séance, l’occupation s’est transformée en séquestration, revendiquée comme telle.

Plusieurs échauffourées et des actes de violence ont eu lieu à l’encontre de membres du conseil d’administration qui tentaient de sortir de la salle. A cette occasion, un agent de sûreté de l’établissement, en protégeant les membres du conseil d’administration, a été victime de brutalités et a dû être emmené aux urgences par les pompiers.

Les membres du conseil d’administration qui ont pu, dans la confusion liée à ces violences, finalement sortir, ont été ensuite suivis par des groupes d’occupants au cours de leurs déplacements dans l’enceinte de l’université. Le président, son directeur de cabinet et le directeur général des services, qui ont dû être abrités par les agents de sûreté de Paris 8 à l’intérieur du poste de sécurité du bâtiment A, y ont été ensuite séquestrés. Une heure trente plus tard, le président a dû faire appel aux forces de l’ordre pour qu’avec son directeur de cabinet et le directeur général des services, ils retrouvent leur liberté de mouvement. Le conseil d’administration a pu reprendre sa séance, avec le quorum, à 18h00. Le conseil d’administration dont la légitimité a été violemment contestée par les occupants a décidé, par principe, de traiter les points qui étaient à l’ordre du jour. Après le débat sur les statuts du PRES et leur adoption à l’unanimité moins trois "ne prend pas part au vote", le conseil d’administration a décidé, compte tenu de ces conditions particulièrement graves et regrettables dont il ne porte aucunement la responsabilité, de se réunir à nouveau dans de brefs délais pour exprimer, à l’issue d’un nouveau débat contradictoire, la pleine légitimité de ses délibérations du 11 mai 2012.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0